Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Causse de la Selle > Projet de source des Cent-Fonts

Projet de source des Cent-Fonts

lundi 21 février 2005 , par Perrey Luc , 9  Commenter

Voici quelques informations sur le projet de source de Cent-Fonts au Causse-de-la-Selle en provenance des publications officielles du Conseil Général de l’Hérault.

Le magazine de l'Hérault. Supplément février 2005

  Les étapes du projet

1996

L’importance de la ressource karstique des Cent-Fonts est officialisée par l’agence de l’eau Rhône-Méditerrannée-Corse. Alimentée par les pluies et les infiltrations naturelles de la rivière la Buèges, cette ressource dispose d’une réserve importante.

1997

Les hydrogéologues en mesurent les caractéristiques afin de déterminer le volume qui pourrait y être pompé. Ils ont analysé la façon dont les réserves se reconstituent pendant la saison sèche.

2002-2004

Les différentes autorisations réglementaires sont obtenues.

  • L’autorisation ministérielle de travaux en site classé obtenue le 11/07/2002
  • L’autorisation préfectorale de défrichement le 24/09/2002
  • L’autorisation préfectorale d’installation et travaux divers le 26/09/2002
  • La déclaration au titre du code minierpour la réalisation du foragele 08/06/2004

Pour la réalisation des essais de pompage un dossier d’autorisation temporaire (établi conformément au décret du 29 mars 1993) a été déposé en octobre 2004 à la Ddaf. Un protocole des essais est établi par le Brgm en liaison étroite avec le maître d’œuvre de l’opération Antea et les services de l’Etat.

Le SAGE Hérault reste le lieu privilégié pour prévenir les conflits d’usage.

2004

Une micro caméra et un sonar permettent d’ajuster le lieu de forage. La piste d’accès au site est réalisée.

2005

Le projet intègre la création d’une ligne électrique enterrée sous la piste d’accès.Les Cent-Fonts : chronique d’un espoir avantages de cette solution sont multiples par rapport à des groupes électrogènes : meilleure intégration au site sans nuisance sonore ni rejets dans l’atmosphère, pas d’allées et venues fréquentes de camions chargés d’hydrocarbures pour alimenter les groupes.

Février 2005

Piste damée, abords nettoyés, la garrigue va reprendre ses pleins droits grâce à la technique d’« hydroseeding », procédé de projection en une seule opération de graines, engrais et fixateur mélangés à l’eau sur la surface à végétaliser.

Au printemps les premières pousses seront visibles.

La foreuse installée va à présent descendre à 120 mètres de profondeur pour atteindre le point le plus bas de la galerie noyée de cette grotte.

Été 2005

Les essais de pompage se dérouleront sur une durée de trois mois. Ils permettront de définir les conditions précises de mobilisation de cette ressource en eau.

Automne 2005

2e phase d’hydroseeding et plantation d’arbres et d’arbustes d’essences locales.

2006...

Dans les années qui viennent, une maîtrise d’ouvrage publique en vue de l’exploitation pourra se constituer. Une enquête d’utilité publique permettra alors aux citoyens de donner leur avis sur ce projet. Dans le meilleur des cas, ce n’est pas avant 2010 que les Héraultais boiront l’eau des Cent-Fonts.

  Site est en cours de classement « Natura 2000 »

Un arrêté de biotope protégeant l’aigle de Bonelli existe à proximité de la zone.

Bien que le site ne soit pas directement touché, le Département a demandé à l’association Grive, spécialiste des rapaces, de suivre les aigles de Bonelli en 2000-2001 lors des travaux de cartographie, et plus particulièrement en période de nidification. Ce suivi sera prolongé en 2005.

Les espèces cavernicoles

L’inventaire Znieff, Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique, des Cent-Fonts mentionne la présence d’espèces cavernicoles aquatiques parfaitement identifiées.

Les études réalisées par le laboratoire du CNRS de Moulis en Ariège sur la microfaune aquatique dans les aquifères karstiques ont montré qu’il peut y avoir des impacts temporaires lors de pompages importants mais que la pérennité de cette faune n’est pas menacée sur l’ensemble du système. Un suivi de ces espèces sera réalisé avant, pendant, et après le pompage. Leur présence sur le site est une réalité qui sera intégrée dans les contraintes des études.

  L’avis de Michel Bakalowicz

Hydrogéologue, chercheur au CNRS, spécialiste des eaux souterraines dans les calcaires, travaille sur le projet Cent-Fonts. Il a lancé les études sur cet aquifère karstique pour le Bureau de recherches géologiques et minières

Il en ressort des caractéristiques remarquables : un débit de 1,1 m3/s ; une réserve d’eau exploitable de 9 millions de m3 ; un bassin d’alimentation à l’abri des pollutions : pas d’activité agricole ou industrielle intense, peu de trafic routier...

À la question d’un possible assèchement du fleuve ou la diminution de son débit engendré par le pompage, il répond : «  La ressource s’écoule, mais la réserve, elle, est stockée, elle est l’épargne de la rivière. Pour les Cent-Fonts, en période estivale, on puisera dans la réserve, mais celle-ci sera reconstituée naturellement au moment des crues. De plus, la loi sur l’eau de 1992 oblige à compenser les prélèvements faits en basses eaux par un apport, par exemple à partir du pompage. Le fleuve Hérault ne court donc aucun risque, ni la source d’ailleurs. Des forages d’observation permettront de suivre l’influence des pompages sur la source, le fleuve et la Buèges.”

À propos d’autres solutions pour diversifier la ressource en eau, il précise : « ... l’ eau de l’Hérault ou du Rhône, exigerait des protections et des traitements très coûteux. Je travaille aussi sur les résurgences d’eau douce en pleine mer. Mais contrôler la qualité de cette eau, maîtriser le fonctionnement du système peut prendre dix, voire vingt ans... Et peut-être ne jamais aboutir !  »

De son point de vue d’expert, « Il n’y a aujourd’hui dans l’Hérault pas d’alternative au projet des Cent-Fonts. »

Source et informations complémentaires : le supplément février 2005 du Magazine de l’Hérault. A lire en ligne plus-bas
ou à télécharger :

PDF - 114 ko
Le magazine de l’Hérault. Supplément février 2005

P.-S.

Plus d’information : le site du Conseil Général

13 Messages

  • > Projet de source des Cent-Fonts Le 5 mars 2005 à 11:33, par Rémy Souche

    On pourra écrire beaucoup au sujet du « Projet de la source des Cent-Fonts ». c’est déjà trop tard…
    Vézhinet ne pense pas au département mais à l’alimentation de la seule ville de Montpellier.
    Mais on pourra regretter qu’aucune véritable étude d’impact avec relevé de la flore existante n’ait été faite. La piste a peut être détruit un patrimoine insoupçonné.
    Dans le dépliant à grands frais annonçant les réunions publiques il est écrit qu’en février 2005 a été pratiqué la technique d’« hydroseeding », mais on ne dit pas avec quelles espèces, j’ai de forts doutes sur cette technique très coûteuse et les espèces implantées ainsi que les engrais et fixateur chimiques utilisés.
    Enfin on pourra regretter qu’aucune véritable démarche démocratique « avant » n’ait existé.
    La seule (personne) association, ayant incité Vézhinet à sortir de son mutisme despotique, a certainement été mal informée et les deux référés risquent de tomber à l’eau, dommage.

    Répondre à ce message

    • > Projet de source des Cent-Fonts Le 8 mars 2005 à 16:27

      Le Conseil général a affirmé lors d’une de ses réunions publiques que Montpellier ne manquait pas d’eau !
      Alors qui en bénéficiera ?
      Si c’est pour la moyenne vallée de l’Hérault, il suffit de laisser couler le fleuve ... et d’étudier les solutions alternatives (usine de potabilisation ...).

      Répondre à ce message

  • > Projet de source des Cent-Fonts Le 8 mars 2005 à 12:01, par Un groupe de randonneurs de Montpellier

    La remise en état des lieux après la création de la piste d’accès n’a tenu aucun compte des sentiers existants... Non seulement les anciens chemins ont été remplacés par cette piste peu agréable pour les marcheurs qui souhaitent remonter le fleuve par sa rive droite, mais quand la piste s’éloigne de l’Hérault pour remonter la combe de la Celle, elle a détruit l’accès au sentier qui continue de longer l’Hérault. On n’y accède plus que par une descente très hasardeuse dans le talus de la piste, puis l’ancien sentier est envahi par les gros blocs de rochers qui s’y sont déversés quand les bulldozers ont créé la piste ! Le respect de la nature imposerait peut-être aussi de recréer un accès correct pour les amoureux des bords de l’Hérault ( marcheurs, pêcheurs...).

    Répondre à ce message

  • > Projet de source des Cent-Fonts Le 25 mars 2005 à 13:09, par Patrick L

    Si les habitants du Causse de La Selle seront les premiers concernés, ils seront les derniers servis puisqu’ils subiront l’ensemble des nuisances et la destruction d’un patrimoine naturel pour alimenter une partie de la population de l’Herault sans en retirer le moindre bénéfice.
    D’ailleurs, le Conseil Général n’organise aucune réunion d’information sur la commune : voilà un bel exemple de démocratie participative !

    Répondre à ce message

  • > Projet de source des Cent-Fonts Le 14 juin 2005 à 18:06, par Philippe Machetel

    Pour comprendre les multiples aspects de ce probleme une information complète peut être trouvée sur le site http://www.prev-herault.org

    Répondre à ce message

  • > Projet de source des Cent-Fonts Le 29 août 2005 à 09:07, par daniel caumont

    L’eau de l’Hérault pénètre dans la source des Cents-Fonts comme nous l’avions prêvu.
    J’ai constaté ceci le 12 août sur place dans la grotte des Cents-Fonts. J’ai inspecté scrupuleusement le conduit qui normalement est totalement immergé et cela sur trente mètres de profondeur. J’ai constaté qu’une cascade (température 19°) donc provenant de l’Hérault, se jetait directement dans le conduit principal et rejoignait la pompe d’exhaure. Cela est très grave car signifie que l’on est entrain de pomper une partie du fleuve, ce que nous avions dénoncé par ailleurs avant que ces travaux soient réalisés. De plus, le rabattement de la nappe dans la cavité est tel (plus de 30 mètres.. !) que ce siphon qui était considéré comme un regard sur un immense (sans aucune preuve d’ailleurs...) réservoir karstique n’est qu’un simple siphon de lavabo qui se remplit et se vide lors des crues par simple effet de chasse. Il n’y a donc pas à cet endroit, c’est-à-dire dans cette zone proche du fleuve, de réserve d’eau exploitable. Il faut aller plus loin en amont dans le massif pour en trouver éventuellement une. Et, si tant est qu’il y en est une. Les Cents-Fonts correspondent en fait au même type de cavité que les galeries de l’aven de la combe du Buis et de la combe de Marrou (cavités proches), c’est-à-dire à un réseau semi exondé, comportant hormis les apports du karst inhérent au Causse de la Celle, ceux des pertes de la Buèges. Sa mise en charge copieuse s’effectuant uniquement lors des précipitations. La seule différence cependant ici avec ces cavités c’est qu’une importante fracture longe l’Hérault, laquelle se remplissant naturellement du fait de sa relation avec ce dernier, fait office de "siphon". Il n’y a aucun espoir en l’état actuel des recherches de pouvoir exploiter cette source dont le rôle est inversé par les effets du pompage. Je crois pouvoir dire que l’on a investi des sommes d’argent considérables pour rien, car l’exploitation ne peut être dans ce cas envisagée. Il s’agit à mon sens d’une faute professionnelle au point de vue hydrogéologique qui devrait quelque peu interpeller les contribuables.

    Daniel CAUMONT Spéléologue

    Répondre à ce message
    (> L’Hérault pénètre dans la source des Cent-Fonts)]
    1 [(2005-08-24 10:05:05), par Daniel CAUMONT (Spéléologue)
    Actualités :

    vendredi 2 septembre
    Repas partagé - Assemblée Générale Extraordinaire de l’Association (Nouveau)
    Chers amis, Bientôt un an d’existence pour l’Association.

    mardi 23 août
    Le jugement du Tribunal Administratif du 12 août 2005

    Une fois de plus, le Tribunal Administratif de Montpellier a jugé (...)

    mardi 23 août
    L’Hérault alimente le pompage
    Le 8 août 2005 nous sommes entrés dans la cavité de la source des (...)

    mardi 23 août
    Nous n’avons pas réussi à protéger le patrimoine scientifique de la ZNIEFF des Cent-Fonts
    Comme prévu et comme l’avaient montré des études (...)

    mardi 23 août
    Les recours auprès du SDAGE, du SAGE Hérault et auprès de la Communauté Européenne
    Les premiers résultats des tests de pompage ont montré sans (...)

    Vous pouvez participer à la vie de ce site et proposer vos propres articles en vous inscrivant ci-dessous. Vous recevrez immédiatement un email vous indiquant vos codes d’accès à l’espace privé du site.Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

    Votre nom ou pseudo

    Répondre à ce message

  • Projet de source des Cent-Fonts Le 24 novembre 2006 à 16:57, par BERTRAND Jean Marc

    Le pillage des milieux naturels continue...
    C’est tellement plus facile et moins coûteux d’aller se servir ailleurs.
    Les vallées de l’Hérault et de la Buèges ne méritent pas cet avenir là.

    Répondre à ce message

  • Projet de source des Cent-Fonts Le 21 avril 2007 à 15:16

    Non forage à scandale cents fonts

    menace pour l’Humanité

    La sanction votre vote !

    Pour maquis Seranne
    H.BORG

    Répondre à ce message

  • Trois de nos amis activistes de la defense de l’eau mis en examen pour avoir pénétré illégalement dans le gouffre des cents fonts ont été relaxé par la Cour d’Appel de Montpellier le 26 mars 2007.
    Ces trois membres de l’association PREVHE
    (asso pour le protection des ressources en eau de la vallée de l’Hérault) avaient déjà été relaxé en première instance.
    Cette nouvelle décision de Justice est un coup dur pour le Président du Conseil Général de l’Hérault André Vézinhet.
    HUBERT XAVIER BORG SPELEO PROFESSIONNEL CARTE MINISTERIELLE N°03498ED0151

    Répondre à ce message

  • Projet de source des Cent-Fonts Le 8 avril 2008 à 10:06, par BORG HUBERT

    Au sujet du forage à scandale de la source des cents-fonts j’informe officiellement que ce projet inutile et très couteux va bien se faire après le forum Mondial de l’eau qui se deroule à Montpellier en sept.08.

    Doutremepuich et Sorolla l’on dit durant leur campagne électorale 2008 relayé par Midi-Libre.Maintenant si chacun des citoyen se sent concerné par le viol de l’environnement ;
    il appartient donc a chacun de saisir individuellement la Cour Européenne de Justice et d’attaquer Vézinhet et le CG34.C’est très simple et gratuit il suffit de suivre la procédure cité sur le net de nos amis de GREENPEACE.

    Sur le fond de l’affaire est déjà gagné car le Ministère de l’Environnement Français confirme qu’il n’y a pas d’eau sur le site et que le CG 34 Va pomper le fleuve Hérault lui même pollué.CF essais 2005 que le BRGM a été obligé de rendre public.

    Mais cette affaire de gros sous ne fait que commencer car le CG 34 se refuse a rendre public le dossier financier qui est une bombe politique qui interesse déjà le Canard Enchaîné...

    Plus nous serons nombreux à saisir l’Europe judiciaire,plus nous serons efficace.Dites -le partout et en tous lieux.Salutations écologiques !

    HUBERT BORG
    Porte parole du collectif unitaire pour la défense de l’eau souterraine du Larzac- SUD sur web:prev-herault.org

    Répondre à ce message

Proposer un commentaire sur cet article

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2017 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt