Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Partout > Les garrigues : un territoire en mutation - 3 - de grands bouleversements (...)

Les garrigues : un territoire en mutation - 3 - de grands bouleversements dans le secteur agricole

mercredi 15 mars 2006 , par Ibanez Manuel , Commenter

L’espace des garrigues connaît actuellement de rapides changements. Les mutations agricoles sont particulièrement importantes et visibles sur le paysage.

Remarque : les données présentées ici s’appliquent à une zone d’étude qui concernent 77 communes à cheval sur le Gard et l’Hérault.

JPEG - 50.8 ko
zone d’étude

Les principales activités de l’espace des garrigues sont depuis longtemps la viticulture et l’élevage ovin. Chacune de ces activités est dépendante des caractéristiques géomorphologiques et climatiques locales. Sur les vastes plateaux de calcaires durs où l’eau est difficilement accessible et les sols très peu profonds, l’élevage de moutons a toujours été dominant. Par exemple, sur le canton de Saint-Martin-de-Londres, les surfaces toujours en herbe représentent en 2000, plus de 85% de l’ensemble de la surface agricole utile. Par contre, dans les garrigues collinéennes où les vallons et bassins marneux sont beaucoup plus nombreux, la culture de la vigne prédomine. Sur le canton de Claret, par exemple, les vignobles couvrent 75% de la surface agricole utile en 2000.

JPEG - 46.5 ko
Types de cultures

a - La crise de la filière « élevage ovin » :

Le nombre d’éleveurs et le cheptel ovin s’écroulent durant la seconde moitié du 20ème siècle. Ne serait-ce qu’entre 1988 et 2000, le nombre de moutons présents sur la zone d’étude diminue de moitié. Si quelques troupeaux subsistent encore sur les plateaux de l’ouest de la zone, ils ont quasiment disparu ailleurs. Cette activité majeure sur l’espace des garrigues pendant des siècles semble être aujourd’hui sur le point de s’éteindre. Les vastes zones de parcours ne sont pas réutilisées d’un point de vue agricole, du fait de la pauvreté du sol et de l’importance des travaux nécessaires pour obtenir une récolte rentable. Cette forte diminution de la pression sur la végétation entraîne une recolonisation forestière notamment sur toute la zone nord-ouest de la zone d’étude. On observe donc une fermeture des milieux ouverts si caractéristiques des garrigues.

JPEG - 35.1 ko
Moutons des garrigues

b - la crise de la filière viticole :

Cette crise est caractérisée durant la seconde moitié du 20ème siècle, par un problème de surproduction et une difficulté grandissante pour écouler des stocks de vins de masse.
A partir de 1970, les politiques publiques visent à réduire les surfaces de vignobles. Pour cela, des primes à l’arrachage définitif très incitatives sont proposées. La restructuration du vignoble n’est subventionnée seulement sur les terrains considérés comme aptes à produire du vin de qualité.
Sur la zone d’étude, on observe une nette régression des surfaces de vignoble entre 1988 et 2000. Cependant, la vigne reste la culture dominante sur toute la partie sud-est.

c - la viticulture s’engage dans une démarche qualité...

Consécutivement à cette crise d’une monoculture viticole à fort rendement qui a duré pendant plus d’un siècle et demi dans le Languedoc, un phénomène de restructuration du vignoble et de démarche qualité émerge peu à peu depuis les années 80. Les exploitants changent leurs cépages, modifient leurs pratiques culturales, abaissent leurs rendements... Cette dynamique est notamment en cours sur tout le versant sud-est du Pic Saint-Loup et de l’Hortus entre les villages de Corconne et Saint-Gély-du-Fesc. Cette zone est actuellement en phase d’accéder à une appellation d’origine contrôlée.

JPEG - 14.5 ko
Vignes

d - Le développement de l’élevage bovin :

Très peu présent autrefois, le cheptel bovin a nettement augmenté dans les garrigues, majoritairement dans la partie gardoise. Sur certains cantons, il a été multiplié par 6 voire par 10 entre 1988 et 2000. Il est constitué notamment par des taureaux de Camargue. Cette augmentation est donc probablement liée à un engouement actuel pour la bouvine (jeux et manifestations « traditionnels » de la Camargue et de ses environs, gravitant autour du taureau). Apparemment, il se pourrait que la remontée de cette pratique de la Camargue vers les garrigues soit plus ou moins régulière selon les époques.

e - augmentation des surfaces en céréales

Alors que les céréales étaient assez peu présentes au début du 20ème siècle du fait notamment que la plupart des surfaces étaient monopolisées par la viticulture, elles semblent globalement en augmentation actuellement. La partie nord-ouest de la zone d’étude n’est pas concernée par ce phénomène. Cette culture y est très peu présente, voire même en légère diminution. Au contraire, au sud et à l’est, les cultures de céréales augmentent nettement comme c’est le cas encore plus bas dans les plaines littorales. Cette dynamique est liée à des politiques de diversification agricole et à des aides européennes comme la prime pour le blé dur. Localement, cette culture annuelle constitue une excellente culture dans l’attente que le terrain devienne constructible.


Cet article est tiré du mémoire :
Ibanez, M., 2005. « Les territoires proches d’une aire urbaine : complexité de la gouvernance territoriale. Etude exploratoire appliquée à l’espace des garrigues du nord de Montpellier. ». Mémoire de Master ADE, Institut de Géoarchitecture, 104 p.

Présentation du mémoire : « quel avenir pour les garrigues du Pic Saint-Loup ? »


Voir aussi :

Significations du mot « garrigue »

Les garrigues : un paysage façonné par des facteurs naturels

Les garrigues : un paysage façonné par une longue occupation humaine

Les garrigues : un territoire en mutation. 1 - une forte croissance démographique

Les garrigues : un territoire en mutation. 2 - une population active qui ne travaille pas sur place

Les garrigues : un territoire en mutation. 3 - de grands bouleversements dans le secteur agricole

Les garrigues : un territoire en mutation. 4 - une dynamique de péri-urbanisation

Les garrigues : un territoire en mutation. 5 - péri-urbanisation : de nouveaux enjeux pour le territoire

Les garrigues : un territoire en mutation. 6 - les garrigues aujourd’hui : un territoire rural ou urbain ?

Proposer un commentaire sur cet article

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2017 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt