Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Partout > Les garrigues : un paysage façonné par des facteurs naturels...

Les garrigues : un paysage façonné par des facteurs naturels...

samedi 25 février 2006 , par Ibanez Manuel , Commenter

Dans l’objectif de mieux connaître le territoire des garrigues, nous proposons de présenter les grandes caractéristiques de cet espace. Ce paysage si particulier a été façonné tant par des facteurs naturels que par une longue occupation humaine. La richesse patrimoniale des garrigues vient de la combinaison de ces deux aspects. Voyons ici plus en détail quels sont les facteurs naturels qui caractérisent notre paysage...

a - Des sols calcaires durs ou marneux

Le paysage des garrigues se distingue de celui des Cévennes et des plaines littorales notamment par un relief formé de vastes plateaux et collines entrecoupés de bassins et vallons. L’occupation du sol est formée d’une mosaïque de cultures et de surfaces de parcours à moutons et de taillis bas. La nature des roches et la géomorphologie induisant la nature du sol permettent d’interpréter ces différences visibles du paysage.

En effet, les montagnes cévenoles sont caractérisées par des terrains cristallins acides, formés de granites, grès et schistes, datant de l’époque ancienne du soulèvement de la chaîne Hercynienne au Carbonifère (il y a environ 300 millions d’années). Au contraire, les plaines littorales sont composées de limons, alluvions et colluvions récents. Ils ont été déposés depuis le début du quaternaire il y a 1 million d’années.

Les garrigues, elles, sont formées de roches sédimentaires carbonatées. Du temps où cette région se situait sous la grande mer Thétys (à l’ère secondaire entre 100 et 200 millions d’années), de nombreux dépôts se sont accumulés sur les fonds marins. Durant une longue période ce sont essentiellement des calcaires durs qui se sont déposés puis par la suite se sont rajoutés des dépôts de marnes (argile+calcaire).

D’un point de vue géomorphologique, les garrigues peuvent donc être définies par cet ensemble paysager formé de plateaux et collines de calcaires durs et de bassins, le tout plus ou moins structuré en mosaïque.

b - Une végétation adaptée au climat méditerranéen et liée à l’action de l’Homme

Le paysage des garrigues se caractérise également par une végétation particulière. Cette particularité est due notamment à des facteurs abiotiques (climat et sol) mais également des facteurs humains (déforestation, pression de pâturage...).

Une des caractéristiques de la végétation des garrigues est son adaptation à la longue sécheresse estivale du climat méditerranéen. Plusieurs types de stratégies sont développées par les plantes dites sclérophylles : une période de végétation courte, un fort développement des parties souterraines, une limitation maximale de la transpiration...

L’action de l’homme et les incendies ont, depuis des millénaires, une forte influence sur la structure de cette végétation. L’évolution climacique vers la forêt de chênes verts et pubescents a longtemps été stoppée à un stade de ligneux bas.

Localement, une forte pression de pâturage et/ou une grande fréquence des incendies, a entraîné un phénomène de régression dans la dynamique de végétation. En effet, le sol, non retenu par des racines, a tendance à être entraîné par le ruissellement lors des fortes pluies automnales et printanières. Les formations végétales régressent donc vers des structures de plus en plus basses, n’ayant pas le temps de reprendre une dynamique de reforestation nécessitant une accumulation progressive de matière organique dans le sol. Le stade ultime de cette évolution régressive est la mise à nue de la roche-mère.

Cependant actuellement, du fait du recul de l’élevage ainsi que de la relative ancienneté des derniers grands incendies sur ces garrigues nord-montpelliéraines, un phénomène de reconquête de la forêt est en cours, au détriment des espaces ouverts.


Cet article est tiré du mémoire :

Ibanez, M., 2005. « Les territoires proches d’une aire urbaine : complexité de la gouvernance territoriale. Etude exploratoire appliquée à l’espace des garrigues du nord de Montpellier. ». Mémoire de Master ADE, Institut de Géoarchitecture, 104 p.

Présentation du mémoire : « quel avenir pour les garrigues du Pic Saint-Loup ? »


Voir aussi :

Significations du mot « garrigue »

Les garrigues : un paysage façonné par des facteurs naturels

Les garrigues : un paysage façonné par une longue occupation humaine

Les garrigues : un territoire en mutation. 1 - une forte croissance démographique

Les garrigues : un territoire en mutation. 2 - une population active qui ne travaille pas sur place

Les garrigues : un territoire en mutation. 3 - de grands bouleversements dans le secteur agricole

Les garrigues : un territoire en mutation. 4 - une dynamique de péri-urbanisation

Les garrigues : un territoire en mutation. 5 - péri-urbanisation : de nouveaux enjeux pour le territoire

Les garrigues : un territoire en mutation. 6 - les garrigues aujourd’hui : un territoire rural ou urbain ?

Proposer un commentaire sur cet article

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2017 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt