Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Notre Dame de Londres > Le tambourin

Le tambourin

samedi 24 juillet 2004 , par Fabre G. , Commenter

Après les magnifiques prouesses de notre commune de Notre Dame de Londres, dans ce jeu que les anciens nommaient "lou tambournet", en occitan, nous croyons nécessaire de nous appesantir un peu sur ce sport, à la fois élégant et

JPEG - 16.2 ko

athlétique, qui se pratiquait ardemment dans notre jeunesse à nous septuagénaires. Ici, ayons une pensée émue et reconnaissante pour Marcel Jeanjean le promoteur et l’âme de ce jeu dans les années entre les deux guerres.

Ce qui va suivre est largement inspiré par l’excellent ouvrage "le livre du tambourin" de Max Rouquette, écrivain
occitan de réputation mondiale mais ici, uniquement et avec érudition, l’historien du jeu de tambourin. N’est-il pas Président d’honneur de la Fédération Française du tambourin après en avoir été le Président actif ?

Le terrain

C’est une surface de jeu de 80 m sur 20 m, divisée en deux camps de 40 m par une ligne médiane nommée corde ou "basse", ainsi, dans chaque camp, 5 joueurs ont à défendre 800 m2. Ces joueurs sont disposés en X et on y distingue 2 cordiers, 15 ou 20 m en arrière de la basse, 1 tiers, de 5 à 10 m en arrière des cordiers et 2 fonds, 8 à 10 m derrière le tiers et à 5 m en avant de la ligne de fond.
Il serait trop long ici de déterminer le rôle de chaque joueur. Distinguons seulement le rôle du batteur qui a la charge de mettre en jeu.

Considérons maintenant les instruments indispensables à ce sport :

  1. Le tambourin : cercle de 28 cm de diamètre sur lequel était tendu autrefois un disque de peau de cheval parcheminé. Actuellement, le cercle et la peau sont en matière plastique. Une société spécialisée de Balaruc les Bains dispose d’un matériel ultra moderne permettant une tension optimale. C’est la face externe de la peau qui frappe la balle ; la face interne est utilisée exceptionnellement pour frapper la balle dans le revers.
  2. Le battoir français, utilisé pour mettre en jeu, est constitué d’un disque de plus petit calibre (18 cm de diamètre) et d’un manche de bois d’alisier ou de micocoulier d’une longueur variant, selon les utilisateurs, de 80 à 100 cm.
  3. Les balles actuelles réglementaires en Italie comme en France, ont un diamètre de 61 mm et un poids de 74 à 78 grammes. Elles sont de couleur rouge pour la lumière du jour, blanche pour les parties nocturnes.


Nous ne nous étendrons pas sur le jeu lui-même, nous n’en avons pas la place, ce sera le thème d’un prochain article mais le meilleur moyen pour vous renseigner sur ce sport est bien sûr d’assister aux matchs.

JPEG - 36.4 ko

Vous qui pensez que le tambourin est un jeu facile, à la technique élémentaire, détrompez-vous, il demande une mobilité intense, une énorme puissance de frappe, une grande dextérité de geste, surtout du poignet et de l’avant-bras, un dynamisme extrême, une tête solide et une bonne vue comme nous le prouvent les 8 commandements d’un bon joueur :
1 - Tu ne perdras pas la balle de vue
2 - Tu ne joueras jamais en reculant
3 - Tu ne seras pas statique
4 - Tu ne perdras jamais de vue le tableau de marque ni les drapeaux
5 - Tu n’oublieras jamais de surveiller les joueurs adverses
6 - Tu garderas l’œil sur la place où doit aller ta balle
7 - N’exécutes les coups qu’à bon escient
8 - Tu gagneras des balles


Nous remercions encore vivement Max Rouquette pour son autorisation en lui disant l’admiration des anciens joueurs londrains qui se souviennent parfaitement de lui.

Saluons avant de terminer les différentes équipes de Notre Dame de Londres et félicitons-les vivement pour leurs succès, ainsi que leurs dirigeants :

  • Equipe I : Champion de France, vainqueur de la Coupe de France et du prix du Conseil Général
  • Equipe II : Se maintient en 2ème série en Nationale II
  • Equipe III : Va jouer les barrages pour l’occasion en Régionale II
  • Féminine : Comme leurs aînés, Champion de France, vainqueurs de la Coupe de France et prix du Conseil Général

A l’heure où nous mettons sous presse [1], l’électrification du terrain de tambourin est commencée. Beaux matchs nocturnes en perspective.

P.-S.

Article de presse écrit par G. FABRE
La Garrigue entre la Séranne et le Pic Saint Loup n°94 - Septembre 1998
Avec l’aimable autorisation de l’auteur

Notes

[11998 (Note Loupic)

Proposer un commentaire sur cet article

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2017 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt