Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Partout > Le scorpion languedocien - Buthus Occitanus

Le scorpion languedocien - Buthus Occitanus

lundi 21 septembre 2009 , par Elouard Jean-Marc , 3  Commenter

JPEG - 35 ko
Le scorpion languedocien - Buthus Occitanus

  1. GENERALITES SUR LES SCORPIONS

Le Scorpion est un Arachnide. Il existerait plus de 1500 espèces recensées de
par le monde, réparties en neufs familles. La famille comprenant les individus
les plus dangereux est celle des Buthidae (dont fait partie le Scorpion
languedocien). Si tous les Scorpions sont venimeux, seule une vingtaine
d’espèces seraient mortelles pour l’homme.

Les Scorpions sont des animaux particulièrement résistants que ce soit au froid,
au chaud, au jeûne ou même aux radiations. On peut les rencontrer dans des
endroits aussi différents que le désert, la savane, les arbres de la forêt
équatoriale , les rochers des bords de côtes, les cavernes ou encore les sommets
enneigés !

Cependant ils supportent mal la captivité et certaines espèces sont en danger
d’extinction à cause de la destruction de leur habitat. C’est le cas des Scorpions
africains Pandinus imperator, Pandinus dictator, Pandinus gambiensis protégés
par la convention de Washington mais aussi de Didymocentrus lesueuri,
Heterometrus spinifer et Hadogenes troglodytes.

La taille des différentes espèces de Scorpions varie de 1,2 cm à 25 cm ( Pandinus
imperator ).

Les huit familles principales qui composent l’ordre sont : les Buthidae , les
Scorpionidae, les Vaejovidae, les Diplocentridae, les Chactidae , les Iuridae, les
Bothriuridae et les Chaeulidae

En France vit un représentant de la famille des Buthidae ( Buthus occitanus ) et
quatre représentant des Chactidae ( Euscorpius flavicaudis, Euscorpius
carpathicus, Euscorpius italicus et Belisarius xambeni ).

JPEG - 37.2 ko
Le scorpion languedocien - Buthus Occitanus

  2. LE SCORPION OCCITAN OU LANGUEDOCIEN

Étymologie

Buthus occitanus - Buthus : bœuf + tuer, sacrifier… occitanus : occitan

Historique
Le Scorpion langue
docien est connu scientifiquement en France depuis le
XVIII siècle. M AUPERTUIS fut le premier à en faire une bonne description. Il
e
nomma ce Scorpion le Scorpion de Souvignargues , commune du Gard d’où il
avait observé cette espèce. En 1789 ce fut A MOREUX qui le classa dans la
nomenclature binomiale sous le nom de Scorpio occitanus . Puis en 1815 L EACH
montra que ce Scorpion devait être séparé du genre Scorpio attribué aux espèces
ayant des pinces larges comme l’ Euscorpius flavicaudis . En 1810 M ACCARY
étudia sa biologie et son écologie sur la montagne de Sète dans l’Hérault.

  3. L’ABRI DU SCORPION LANGUEDOCIEN

Les pierres : le Scorpion languedocien est une espèce qui vit en général sous des
pierres de forme plate. Il y creuse une loge plus ou moins grande plus ou moins
profonde selon la période de l’année, la taille de l’individu, ou l’ancienneté de
l’acquisition. En effet, lorsque l’hiver approche les Scorpions languedociens
creusent leur loge assez profondément, il en est de même durant l’été lors des
fortes chaleurs. La pierre est stable directement en contact avec le substrat, peu
enfoncée, elle est presque toujours exposée au soleil, généralement sur l’adré
des collines, très rarement placée sous un arbre dont le sol est recouvert de
litière. Il arrive que plusieurs individus cohabitent sous la même pierre mais les
loges ne sont pas en contact les une avec les autres. Il n’est pas rare qu’il y ait
une fourmilière sous la même pierre, mais dans ce cas, il n’y a aucun contact
entre les deux espèces. La pierre a un rôle de protection, d’une part contre les
intempéries et d’autre part contre les prédateurs.

Les autres abris : le Scorpion languedocien peut aussi creuser un terrier dans le
sol à la façon des grillons. L’ouverture est le plus souvent en forme de demi-
ballon de rugby avec un remblai issu du creusement dans lequel on peut trouver
les restes de chitines des proies. Ces habitats sont cependant rares et sont relatifs
au substrat car il lui est plus facile de creuser un terrier dans un sol meuble que
dans un sol compact.

Il peut parfois creuser son terrier directement dans une butte de terre voire
s’aider d’une souche. On a rencontré quelquefois des loges parmi des gravas.

JPEG - 32.7 ko
Le scorpion languedocien - Buthus Occitanus

  4. CYCLE DE DEVELOPPEMENT ET BIOLOGIE

Fécondation

Enfin au début du XX siècle F ABRE fit une bonne description de sa
reproduction et sur l’élevage des jeunes (cf.récit de F ABRE ). Ses observations
peuvent être résumées comme suit :

La fécondation est précédée par une danse nuptiale se déroulant d’avril à juillet.
Elle peut durer d’une heure à 24 h. Cette danse se fait selon des étapes bien
définies.

La rencontre se fait au hasard, le mâle maraude lentement la queue tendue en
arrière et procède à des arrêts fréquents. Lorsqu’il détecte la présence d’une
femelle, il se met à trembler de façon saccadée, avance, recule, puis se remet en
marche.

Une fois la femelle est repérée, il la saisit par les pinces ou la queue parfois les
pattes. Une fois celle-ci tenue, s’ensuit la promenade à deux. Lors du
déplacement, c’est le mâle qui mène la danse, en marchant à reculons. Il s’ensuit
la formation de l’arbre droit, composé des deux post abdomens mis à la verticale
et qui échanges des frictions.

Lors des mouvements de déplacement le mâle à l’aide de ces peignes palpe le
sol afin de détecter l’endroit exact où poser le spermatophore. Lorsque le
substrat convient, le mâle ouvre ses valves génitales. Le spermatophore (capsule
contenant les spermatozoïdes) est déposé sur le substrat.

Le mâle recule alors brutalement en tirant la femelle vers lui afin que la hampe
du spermatophore (cliquet) se déploie et vienne s’appliquer entre les valves
génitales de la femelle, ouvertes lors de la promenade. Le sperme est projeté
dans les voies génitales femelles. On remarquera qu’il s’agit d’une fécondation
interne sans pénétration. Une fois fécondée, la femelle recule brutalement et
échappe au mâle. Il s’ensuit parfois la mort du mâle, poignardé par la femelle
qui ira le dévorer sous sa pierre.

Gestation et incubation

La durée de gestation n’est pas connue avec certitude, mais serait de 13 à 14
mois ce qui veut dire que la femelle peut être fécondée pour l’année suivante
alors même quelle porte des œufs à naître.

Parturition

Le Scorpion languedocien est une espèce ovovivipare au même titre que les
autres Scorpions. Les naissances ont lieu de juillet à septembre. Elle met au jour entre 30 et 70 petits. Ceux-ci sont alors enveloppés dans un chorion dont ils
finiront par sortir d’eux-mêmes.

Vie des jeunes

Une fois dégagés de leur chorion, ils se hissent sur le dos de la mère. 4 à 7 jours
plus tard à lieux la première mue qui donne le stade 2. Les pullus restent sur le
dos de la mère un temps variable de quelques jours à un mois.

Croissance

Il y a 7 stades chez le Scorpion languedocien ; ils sont séparés par 6 mues. La
croissance s’arrête pendant l’hiver. Un individu met de deux ans à deux ans et
demi pour atteindre l’âge adulte, c’est-à-dire l’âge de reproduction.

Mues

Lorsque le Scorpion doit muer, il cesse de se nourrir 2 à 10 jours avant
l’exuviation. La mue débute par une fente horizontale qui apparaît au-dessus des
chélicères et qui s’étend jusqu’au bord du prosoma qui se soulève. Il s’ensuit
une durée de quelques jours durant laquelle le Scorpion est mou, de couleur
blanc translucide. Durant cette période, il est très vulnérable. La durée de la
période intermue varie de 70 jours à plus d’un an.

Longévité

Elle serait d’au moins 5 à 6 ans.

  5. L’ACTIVITE DU SCORPION LANGUEDOCIEN

L’activité du Scorpion languedocien est fortement liée à la température. Buthus
occitanus commence à sortir à partir du mois d’avril. Il lui faut une température
minimum de 9,5 à 10°C (température prise sur le sol).

Mais ce n’est pas parce que les Scorpions ne sortent pas qu’ils ne se nourrissent
pas. En effet certaines pierres recèlent une grande quantité d’insectes (punaises,
perce-oreilles), dont il se nourrit dès la fin mars. Il sort de sa loge environ trois
quart d’heure après le coucher du soleil.

  6. REGIME ALIMENTAIRE

Le Scorpion languedocien se situe au sommet de la chaîne alimentaire des
arthropodes français (super prédateur). Il se nourrit avant tout d’Arthropodes,
c’est-à-dire d’Insectes, d’Arachnides et de Crustacées terrestres. Il est capable de
jeûner durant de longues périodes atteignant plusieurs mois ; le record étant de
plus d’un an.

  7. PROIES

Le Scorpion languedocien est une espèce très éclectique en ce qui concerne la
nourriture. Les proies les plus courantes sont probablement les araignées et ses
congénères ; le Buthus étant cannibale, n’hésitant pas à dévorer des individus
souvent plus jeunes que lui.

  8. LE VENIN

Utilisation du venin

Le Scorpion languedocien économise au maximum son venin. Il ne l’utilise que
lorsque les proies se débattent trop, c’est le cas pour les grosses Sauterelles, les
autres Scorpions, certaines Araignées telles les Lycoses. Elles succombent
toujours à la toxicité du venin. Les mammifères d’une masse inférieure à celle
d’un homme ne sont pas à l’abri d’un tel poison. Il se sert également de ce venin
pour contrer une attaque de prédateur.

Nota : tous les venins de Scorpion n’ont pas la même nocuité, certains étant
moins efficaces que d’autres.. D’une manière générale, la dangerosité d’un
Scorpion est inversement proportionnelle à la taille de ses pinces. Plus ses
pinces sont grandes et puissantes par rapport à sa taille, moins son venin est
toxique ; plus ses pinces sont fines et étroites, plus efficace est son venin.

Les cas de piqûre sur l’homme

Symptomatologie :

  • Signes locaux : douleurs vive immédiate au siège de la piqûre suivi d’une
    inflammation locale, œdème. La douleur peut durer plusieurs heures.
  • Signes généraux : angoisse, troubles digestifs, vomissement, diarrhées, troubles
    cardiaques, troubles de mémoire et parfois coma

Déroulement symptomatique :

  • Stade 1 : douleur très forte sans réaction inflammatoire.
  • Stade 2 : signes locaux et généraux modérés : sueur, agitation, perturbation,
    tension artérielle, nausées.
  • Stade 3 : signes locaux et généraux accentué : vomissement, diarrhée,
    encombrements bronchiques, oedème pulmonaire.
  • Stade 4 : coma voir décès chez les moins de 15 ans.

Que faire ?

Localement : désinfecter les lieux de piqûre, application de glace.

Globalement : hospitalisation pour les jeunes personnes, contacter le centre
antipoison, voir le médecin

  9. LES ENNEMIS DU SCORPION LANGUEDOCIEN

Le principal destructeur du Scorpion languedocien est sans conteste l’homme.
De par la destruction et les modifications de son biotope, auquel il est fortement
lié. Bien qu’il arrive au Scorpion de se maintenir en des lieux plutôt atypiques.

Prédateurs naturels : les rapaces nocturnes (Chouettes hulottes, Chouettes
chevêches, grand Duc d’Europe), le Hérisson d’Europe, la Genette, le Sanglier.
Arthropodes : Scorpion languedocien, Fourmis, Araignées telle la Lycose de
Narbonne, Reptiles ?

Nota : le Sanglier est un grand prédateur de Scorpion. En été ils les mangent
lorsque les Scorpions sont dehors. Et en hiver il retourne les pierres. Il lui arrive
donc de consommer des Scorpions toute l’année.

  10. STATUT DE L’ESPECE

Le Scorpion languedocien est une espèce protégée inscrite sur la liste rouge du
patrimoine national ainsi que sur la liste de l’U.I.C.N.

Sa situation est critique et il se fait de plus en plus rare dans les Pyrénées-
orientales. Il se raréfie d’autant plus que c’est une espèce très liée à son habitat.
Toute modification de cet habitat entraîne la diminution voir la disparition de sa
population.

L’activité de l’homme à un gros impact sur des populations entières. Cela peut
être indirect comme la disparition des troupeaux ovins dans les garrigues
méditerranéennes, qui entraînent une fermeture des milieux. C’est le cas de
nombreuses stations de Scorpions qui ont totalement disparu, sous les pinèdes et
chênes kermès qui ne laissent traverser que peu de lumière. Des populations y
subsistent parfois dans l’attente d’une réouverture. L’incendie peut être alors
bénéfique. Mais il est également facteur de mortalité important (voir facteurs de
mortalité).

Le morcellement de son habitat et l’urbanisation font également partie des
facteurs de disparition. L’extension de l’agriculture qui change toute la structure
des sols et qui lors du premier retournement de sol anéanti les populations. De
même, le prélèvement d’individus en grande quantité et de façon régulière peut
avoir un impact sur une population.

Le Scorpion languedocien est une espèce qui semble en régression et qui
mériterait que l’on se penche plus amplement sur son avenir et son statut.

Contrairement au Scorpion à pattes jaunes qui a su s’adapter et profiter des
habitations humaines.

Position systématique

  • Phylum : Arthropoda - Arthropodes.
  • Sub-phylum : Chelicerata - Chélicérates.
  • Classe : Arachnida - Arachnidés.
  • Ordre : Scorpionida - Scorpiones.
  • Famille : Buthidae - Buthidés.

Sous-espèces

Les principales sous-espèces décrites de Buthus occitanus

  • Buthus occitanus occitanus (France, Espagne)
  • Buthus occitanus tunetanus (Tunisie, Algérie, Maroc)
  • Buthus occitanus paris (Tunisie, Algérie, Maroc)
  • Buthus occitanus mardochei (sud du Maroc)
  • Buthus occitanus berberensis (Somalie, Érythrée)
  • Buthus occitanus zeylensis (Somalie, Éthiopie)
  • Buthus occitanus barcazus (Libye)
  • Buthus occitanus malhommei (Maroc)
  • Buthus occitanus israelis (Israël Égypte).

Le Scorpion languedocien habite donc principalement au Sud de la Méditerranée
et plus particulièrement en Afrique du Nord. La France étant le pays le plus
septentrional de son aire de distribution. Les sous-espèces traduisent un
isolement géographique des populations.

Dénominations

Nom scientifique actuellement valide : Buthus occitanus Amoreux, (1789) :
genre : Buthus ; espèce : occitanus .

Noms vernaculaires généraux :
Scorpion occitan, Scorpion languedocien, Escorpion.

Noms vernaculaires locaux :
Scorpion roussâtre, Scorpion jaune, Scorpion blanc

Noms scientifiques anciennement attribué

Le Scorpion Languedocien a été décrit maintes fois par différents auteurs. On le
trouve donc cité dans la littérature scientifique selon les noms suivants :
Scorpio europaeus Linne, (1754, 1764, 1767) ; Scorpio occitanus Amoreux,
(1789) ; Scorpio tunetanus Herbst, (1800) ; Leiurus tunetanus Hemrich &
Ehrenberg, (1829) ; Androctonus dufoureius Brulle, (1832) ; Androctonus paris
Koch, (1839) ; Androctonus halius Koch, (1839) ; Androctonus clytoneus Koch,
(1839) ; Androctonus euryalus Koch, (1839) ; Androctonus ajax Koch, (1839) ;
Androctonus occitanus Guyon, (1842) ; Androctonus tunetanus Koch, (1845) ;
Buthus tunetanus Simon, (1872) ; Buthus europaeus Simon, (1879).

P.-S.

NoteDeLoupic : A signaler l’enquête nationale l’existence d’une enquête nationale participative pour mieux connaître le Scorpion languedocien sur le site de l’ONEM (Observatoire Naturaliste des Ecosystèmes Méditerranéens). C’est par-là : www.onem-france.org/scorpion

Article original (2009) sur le site des Lauriers assoc.leslauriers.free.fr.
Les Lauriers dans Loupic : Association Les lauriers

3 Messages

  • Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant.
    Vous écrivez cependant : "Le Scorpion languedocien est une espèce protégée inscrite sur la liste rouge du patrimoine national ainsi que sur la liste de l’U.I.C.N."

    Où peut-on vérifier cette information ?
    D’après mes recherches, Buthus Occitanus n’est ni une espèce protégée en France, ni n’a de statut de protection sur la liste de l’U.I.C.N.
    Pourriez-vous publier vos sources sur ces points ?
    Merci d’avance
    Cordialement,

    Gérard VINCENT

    Répondre à ce message

  • Le scorpion languedocien - Buthus Occitanus Le 10 juillet 2013 à 11:44, par Vianney Goma

    Bonjour,

    merci pour cet article très instructif.
    J’aurais voulu savoir s’il existait une base de données, dans laquelle nous pourrions transmettre nos observations sur l’espèce ?
    Il y a 4jours à peine, en soulevant une pierre, j’ai observé un couple(du moins 2 individus) ensemble...

    Merci
    Amicalement
    Vianney

    Répondre à ce message

  • Le scorpion languedocien - Buthus Occitanus Le 30 août 2013 à 13:27, par rocco

    bonjour
    trouvé ce jour un scorpion en soulevant une pierre mais remis en place aussi tot ! beau specimen noir !! region 66 villelongue dels monts
    cdt

    Répondre à ce message

Proposer un commentaire sur cet article

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2017 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt