Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Corconne > Le guerrier de Corconne

Le guerrier de Corconne

mercredi 26 mars 2003 , par Gantés Stéphane, Minet Pierre , Commenter

Un bloc de calcaire trouvé dans les environs de Corconne. Témoin du passé...

Guerrier de Corconne {JPEG}
Il s’agit d’un bloc calcaire dans lequel est sculpté un buste.
Ce buste est celui d’un guerrier casqué.
Sous le casque apparaissent les oreilles, le reste du visage très abîmé, ne laisse rien deviner des traits du personnage. Peut-être porte-t’il la barbe ?

JPEG - 17.2 ko
Guerrier de Corconne

Sont représentés en rond de bosse :

  • sur le flanc gauche du buste :
    • une roue
    • le membre postérieur (cuisse et jambe) d’un cheval
  • sur le flanc gauche du buste :
    • un bras orné au-dessus du coude d’un anneau
    • le pommeau d’une épée

Ce bloc de calcaire blanc a été trouvé à l’Ouest du village de Corconne où il avait servi à la construction d’un mur de soutènement.
Il mesure environ 51 cm de haut, pour un poids de 52 kg.

  Le casque

Le casque est de forme hémisphérique, marqué de bandes plates, dessinées par incisions parallèles sur le calcaire.
L’une des bandes ourle le pourtour du casque.
Deux autres bandes se croisent au sommet, découpant la calotte en quatre parties.
Ces bandes indiquent un décor ou peut-être une armature.

S’il s’agit d’une armature, elle structure la calotte et assure indirectement le décor. Que le casque ait été en métal ou en cuir, elle devait permettre l’assemblage des pièces composant la calotte tout en renforçant la résistance du casque aux chocs qu’il était censé protéger.

  L’armure de Poitrine

JPEG - 13.6 ko
Casque et armure de poitrine

Deux bandes en amorce sur les épaules, du même type que celles présentes sur le casque.
Elles peuvent indiquer l’existence de "bretelles" supportant un pectoral.
Elles peuvent signifier que l’homme protégeait le haut de son corps par une armure de poitrine.

Le travail du sculpteur peut laisser penser qu’il y a unité de fabrication, de matière, de décor entre l’armure et le casque, et qu’ils formaient un ensemble.

  Bras et Epée

JPEG - 14.1 ko
Bras et épée

Nous avons dit le bras orné, au dessus du coude, d’un anneau rond.

Le sculpteur a choisi de nous montrer le haut du bras, ce parti pris qui évite d’avoir à traiter la main, met en relief la musculation et donc la force physique du personnage.
Le bras est associé à la poignée d’une épée. Le pommeau rond terminé en "spatule". Un seul des quillons est visible, le second a sauté avec l’angle du calcaire cassé dans un choc.
Ces deux quillons qui caractérisent la garde de cette épée, par la précision qu’ils fournissent, devraient pouvoir servir à la datation du buste.

L’importance accordée par le sculpteur au pommeau de l’épée (sa taille), la mise en valeur d’une musculation robuste du bras, peuvent aussi signifier que la dimension et le poids de l’épée sont ceux d’une arme de grande taille.

  Roue et cheval

JPEG - 20.9 ko
Roue et cheval

La roue est composée de deux disques concentriques accolés, ces disques d’inégales grandeur ont des diamètres qui varient du simple au double.
Il peut s’agir d’une roue pleine dont la partie centrale serait renforcée par l’adjonction d’un second élément relativement massif. Dans ce cas, le matériau utilisé serait le bois.
En surimpression sur la roue, le membre postérieur d’un cheval.

Cette association désigne un char à cheval. Char léger, à deux roues, connu par ailleurs comme distinction emblématique et fonctionnelle de la caste militaire des guerriers (conducteurs de char) et ce dans un contexte marqué par une influence culturelle Celte.

  L’homme

Nous savons par d’autres sources, que sur les territoires où s’exerçait une influence Celte, la société s’était organisée, au cours de la protohistoire, en fonction de la prédominance d’une caste aristocratique, celle des "Conducteurs de Char".
Plus qu’à une organisation en nation, nous devons penser ici, à une organisation en zones d’unité économique, sur des territoires plus courts, un peu à l’image de ce que connaîtra le Moyen Age avec les principautés comtales du Xe sc. Occitan.

Notre homme est donc un homme de pouvoir, un pouvoir qui s’appuie directement sur la prééminence d’une caste, caste guerrière, aristocratique, politique. C’est un chef de territoire et de population. Il assure la cohésion, la sécurité, la défense des biens et des personnes sur un terroir précis, particulier.

JPEG - 20.6 ko
Bras et épée

Le char symbolise, visualise et d’une certaine manière donne la mesure de l’étendue géographique de ses pouvoirs et de ses domaines. Il se déplace en char, plus qu’il ne combat en char.

Cet homme solide s’est imposé de telle manière que ses proches ont voulu l’honorer ; perpétuer sa mémoire, rappeler son autorité : l’image, le visage de cette autorité aussi bien que les "signes" de cette autorité. Ils ont souhaité prolonger son pouvoir dans le temps afin qu’il serve de référence. Ils ont peut-être voulu utiliser ce pouvoir au bénéfice d’une parentelle, d’une famille ou d’un successeur.

  Quelques remarques

par le thème traité : un buste de guerrier

Cette sculpture se rattache au groupe (non-homogène) des représentations figurées de la protohistoire, mais par sa facture qui n’a rien à voir avec ce que nous connaissions déjà, elle se présente comme une œuvre singulière, marginale…

Influences :

Ce buste atteste une influence Celte, il suppose des influences Gréco-latines, il reflète un contexte "provincial", il porte la marque d’une région ouverte aux contacts, aux échanges…

Situation :

A l’heure actuelle, nous ne savons pas rattacher ce buste à un site archéologique connu. Pour employer une expression triviale : il est un peu perdu dans la nature. Cela ne saurait signifier qu’il n’est pas lié au terroir sur lequel il a été trouvé. Il doit d’une manière ou d’une autre se trouver en relation avec les deux grands axes de circulation qui se croisent, dès la préhistoire au pied du village de Corconne.

  Destination

On est en présence d’un buste votif qui célèbre l’autorité, le pouvoir, la réputation d’un homme connu, important.
Il y a de fortes chances que cette sculpture ait appartenu à un ensemble, stèle funéraire, tombeau où elle aurait pu être adossée.

  Le savoir-faire

Le calcaire utilisé est tiré de la région proche. Même si elle reste schématique, la facture est bonne, soignée. Le savoir-faire de l’artisan, en particulier l’utilisation des flancs droit et gauche, révèlent une maîtrise technique certaine.

Au regard des autres sculptures indigènes connues en Languedoc oriental vers la même période, ce buste demeure au plan du travail et de la présentation une œuvre originale, un témoignage précieux.

  Interprétation

La rareté de ce type de représentation sur l’ensemble du Languedoc oriental peut laisser penser qu’elle répondait à une nécessité particulière que nous pressentons comme étant plus politique militaire.

L’homme et son pouvoir sont célébrés et non "héroïsés".
L’usage d’une symbolique, d’une représentation des "signes" du pouvoir… La facture de l’œuvre, l’utilisation du rond de bosse excluent (pour partie) le pathétique. Il s’agit davantage de l’affirmation d’un pouvoir et de son image que de sa justification.

S’il y a lieu de donner une interprétation à ce buste, de dégager par delà l’aspect anecdotique les autres significations qu’il implique, il faut alors dire combien il ramène notre analyse vers le monde méditerranéen, combien ce qui est dit ici tend à identifier le pouvoir d’un homme de ce pays, à l’image (vue ou entrevue) du pouvoir des "chefs" du monde gréco-romain.

JPEG - 15.8 ko
Roue et cheval

Cette identification peut développer deux discours différents :

  • soit qu’elle assimile, donne les mêmes racines, la même légitimité, la même valeur à ce pouvoir local qu’à celui détenu par les représentants du monde gréco-romain, renforçant son identité de références extérieures, le "colonisant" au plan culturel avec comme finalité politique une volonté de collaboration…
  • soit qu’elle oppose ces pouvoirs, affirmant la force d’un pouvoir local contre les prétentions et les exigences d’hommes venus d’autres régions de la Méditerranée avec comme finalité politique une résistance aux influences et aux pressions extérieures…

  Dater ce buste ?

Nous savons qu’il appartient à la protohistoire et qu’il suppose établies des relations avec le monde gréco-romain. Nous sommes donc entre - 600 et - 200 ans avant J.C.

Le pommeau de l’épée pourrait être celui d’une arme étrangère (prise de guerre, objet de troc, don ou tout autre hypothèse). Tout laisse à penser que ce n’est pas une arme de fabrication celte, mais que dire de plus précis ?

  Ce pays-ci

Nous sommes plusieurs siècles avant l’arrivée des Romains.
A partir de Marseille (fondée par les Grecs en - 600 avant J.C.), la région s’ouvre au commerce, ouverture naturelle vers le Sud (port de Lattes) à la quelle va répondre une poussée venue du Nord-Est. Cette poussée s’inscrit en clair sur des sites de référence comme l’oppidum d’Ensérune. Il est alors possible de parler d’une réelle influence Celte. Le buste du guerrier de Corconne témoigne très directement de ce contexte, de cette présence.

Cette "celtisation" ne gomme pas la culture autochtone : l’habitat traditionnel, les modes de vie, le savoir-faire n’en sont pas affectés ; pourtant une évolution se produit…

L’utilisation du cheval (monté ou attelé) reflète une mobilité, une dynamique qui éclairent le contexte socio-économique :

  • Tout un jeu de contacts, d’échanges, d’influences à l’intérieur d’une ouverture, d’une perméabilité qui découlent de l’existence d’une activité de marché. Dans l’acte de vendre, il y a rencontre, discussions, accords, promesses, paiements…
  • Ce négoce dépasse le simple cadre provincial. Il suppose de vraies voies de communication, un réseau fiable, dense, bien entretenu…
  • Dans le temps, il suppose une stabilité réelle qui garantisse la sécurité des personnes et des biens :
    • L’acheteur vient si la route est sûre,
    • Il n’y aura de grands troupeaux, de vergers ou de vignes que si le pays est en paix.
  • Parallèlement, l’organisation sociale se structure de manière plus contrastée, plus accentuée : une hiérarchie émerge, se met en place, affirme son pouvoir.

P.-S.

Dessins : Stéphane Gantés
Conte inspiré du guerrier : le chef

Proposer un commentaire sur cet article

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2017 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt