Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Pas Loin > Grabels > La tour de Montredon : situation dans l’espace

La tour de Montredon : situation dans l’espace

mardi 12 août 2008 , par Fernandez cécile , 1  Commenter

  Localisation du site

Notre objet d’étude se situe dans une commune du sud de la France : Grabels, dans le
département de l’Hérault en Languedoc-Roussillon.
Perchée à 122 mètres d’altitude sur la colline du mont Redon on peut aujourd’hui voir la ruine
d’une ancienne tour à signaux qui fut jadis le symbole du pouvoir des seigneurs féodaux de Grabels.
Bien que le mont Redon ne soit pas la colline culminante de la commune, il revêtait un certain
intérêt d’y édifier une tour. En effet, le mont Redon marque la frontière entre les communes de
Combaillaux et de Grabels (dossier-annexe n°1, Cartes de localisation, fig.1).
En plus d’être à la jonction de ces deux communes, c’est aux pieds du mont Redon que vient
serpenter paisiblement le fleuve de la Mosson qui prend sa source sur la commune de Montarnaud et
relie les villages de Montarnaud, Vailhauquès, Combaillaux, Grabels, Juvigniac, Lavérune, Saint-
Jean de Védas, Saussan, Fabrègues, Villeneuve-lès-Maguelone et Palavas-les-Flots (dossier-annexe
n°1, Carte de localisation, fig.2) avant de se jeter en Mer Méditerranée. Cela faisait de ce fleuve un
axe de commerce pour l’arrière pays montpelliérain.

  Un site géologique

Les pieds de la ruine s’enfoncent dans une couche géologique bien particulière : l’oligocène
inférieur. Il s’agit d’une série continentale formée par une alternance d’argile, de grès et de
conglomérats dont les galets calcaires sont de diamètres variables3.
D’ailleurs le paysage aux alentours de la ruine est très marqué, la terre y est rouge, très calcaire
étant donné la végétation qui y pousse, on remarque des pans rocheux de conglomérats ainsi que de
nombreux galets calcaires (dossier-annexe n°1, Etude du terrain, fig.1).
Remarquons que l’arrière pays montpelliérain est en zone karstique, et qu’au même titre que les
collines voisines du mont Redon, il est creusé par de véritables galeries et lacs souterrains dont
l’assèchement pourrait produire un affaissement de terrain plus ou moins important.

  Localisation dans un espace historique

On voit cette tour apparaître sur la carte de Cassini du XVIIIe siècle sous le nom de Tour de
Montredon, (dossier-annexe n°1, Cartes historiques, fig.1), perdurée sur le cadastre napoléonien
sous la dénomination de Tour (dossier-annexe n°1, Cartes historiques, fig.2). Pour finalement
n’être que la mention d’une ruine sur les cartes actuelles. Cette observation reflète l’évolution du
3 BRGM, Carte géologique du secteur de Montpellier,1999
Mémoire, La Tour de Montredon, LPAATR, Session juin 2008. - Page 9 -
statut de cette tour. En effet, comme nous le verrons plus loin, l’histoire de la Tour de Montredon
se décline en trois grandes phases.
Cette tour est à situer non seulement dans une circonscription religieuse, mais également dans
un espace militaire.
Elle fait partie du diocèse de Montpellier (dossier-annexe n°1, Cartes historiques, fig.3). Ce
dernier est divisé en douze archiprêtrés4 . La Tour de Montredon, appartenant à l’archiprêtré de
Montpellier, se situe à la lisière entre ceux de Montpellier et Viols-le-fort (dossier-annexe n°1,
Cartes historiques, fig.4). Remarquons que la carte de cet archiprêtré met en évidence une route
passant non loin de la tour.
Militairement, elle est plutôt à rattacher au château de Montferrand et à Vailhauquès, alors
qu’elle dépendait politiquement de Mauguio. (dossier-annexe n°1, Cartes historiques, fig.5)

P.-S.

Ce texte est extrait du mémoire LPAATR "la tour de Montredon" : présenté ici.
Ainsi que les articles :

1 Message

  • La tour de Montredon : situation dans l’espace Le 7 septembre 2008 à 10:06, par Olivier de LABRUSSE

    1°) Trés interessant
    2°) Dans le 1er article vous citez des cartes historiques en annexe. Comment pourrait-on on y accèder ?
    3°) Les 2 tours de Cazevieille : avez vous des informations, des sources à m’indiquer ?

    Merci de vos réponses.
    ( Olivier de LABRUSSE, géographe, prof d’Histoire-Géo au Lycée F. Bazille-Agropolis, Montpellier).

    Répondre à ce message

Proposer un commentaire sur cet article

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2017 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt