Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Pompignan > La plaine de Pompignan : les milieux naturels (1)

La plaine de Pompignan : les milieux naturels (1)

mercredi 29 novembre 2006 , par Ivanez Damien , Commenter

Les milieux naturels sont multiples au sein de notre périmètre d’étude (cf. carte 4 et
Carte des habitats en annexe - agrandie) : des prairies (hautes, artificielles, à Molinie, etc.),
des pelouses (rases, maigres, à Brachypode rameux, etc.), des garrigues (à Romarin, à Buis,
enfrichées ou non, etc.), des forêts (euzières, chênaies pubescentes, pinèdes, plantations de
conifères…), des cultures (annuelles ou pérennes, vignes, vergers…), des escarpements
(falaises, canyons, crêtes…), des zones humides (rivières, ruisseaux, oueds, sources, mares et
lavognes)… Cette impressionnante diversité offre des habitats pour une faune et une flore
exceptionnellement riche.

Le milieu naturel phare de la plaine reste la garrigue ouverte. Il s’agit d’une garrigue
anciennement pâturée par les moutons et parsemée d’arbres épineux caractéristiques comme
le Poirier à feuilles d’Amandier Pyrus amigdaliformis, le Genévrier cade Juniperus oxycedrus
et le Paliure épine-du-christ Paliurus spinachristi. La strate arbustive, quand elle est présente
est composée de Genêt scorpion Genista scorpius, de Romarin et de Buis Buxus
sempervirens
.

JPEG - 58.3 ko
Carte 4 : Les principaux habitats de la plaine de Pompignan
JPEG - 15.1 ko
Légende carte 4 : Les principaux habitats de la plaine de Pompignan

  Les forêts : boisements naturels et plantations

On rencontre trois principales formations forestières spontanées dans la plaine de
Pompignan : les chênaies, les pinèdes et la ripisylve.

  Les chênaies, des boisements naturels :

Les boisements de Chêne vert (localement appelé euzière) sont les plus présents,
notamment sur les versants arides à sol pauvre et superficiel. Ce sont des boisements à feuilles
persistantes, qui restent verts, été comme hiver. Ils sont particulièrement florissants dans le
bois de Monnier, la forêt de Coutach, le bois de Quintanel, le bois de Labric, ainsi que sur la
montagne Saint-Jean (cf. carte 4).

Avec le développement de la chênaie verte, les sols [1] se modifient, la litière organique
s’épaissit et la fraîcheur apparaît. Ce sont là des conditions favorables pour le développement
du Chêne pubescent, qui tend à recoloniser progressivement les bordures de la dépression,
notamment les versants Nord et les combes plus fraîches en versants Sud. Le Chêne
pubescent est par ailleurs bien implanté au sein des zones cultivées de la plaine, où il pousse
dans les haies et les anciennes friches. Certains spécimens remarquables poussent sur le site
de la Gardiole à Conqueyrac, formant une très belle forêt monospécifique.

  Les pinèdes :

Elles sont constituées de Pin d’Alep Pinus halepensis. C’est une essence qui n’a pas
besoin de sols riches, raison pour laquelle nous la trouvons principalement sur les marnes.

Les plus belles pinèdes se rencontrent au pied de la montagne Saint-Jean sur ses
versants Sud et Ouest essentiellement (tout autour du ruisseau de Groussanne), mais aussi sur
le versant Nord en moindre quantité et au pied du puech de Mar. Il y en a également sur le
versant Sud du pic de Ceyrac et dans le prolongement Nord du bois de Monnier au niveau de
la salle de Gour (cf. carte 4).

  Les ripisylves :

Les ripisylves sont les boisements des bords de cours d’eau, constitués de Peuliers
blancs Populus alba, Peupliers noirs Populus nigra, Frênes Fraxinus angustifolia et saules
Salix alba et S. purpurea. Dans une zone aussi aride, la présence permanente de l’eau a un
effet « oasis » et crée ainsi un milieu favorable à un grand nombre d’espèces : les ripisylves
abritent notamment une importante diversité floristique. Grâce au soleil et à l’eau, la
végétation y est luxuriante.

Les ripisylves ont également un rôle tampon lors des crues pour plusieurs raisons :

  • sol étant décompacté par l’action « aérante » des racines, l’eau s’infiltre plus
    facilement,
  • les fûts des arbres ainsi que leurs branches basses ralentissent le courant ainsi que les
    débris végétaux,
  • les arbres jouent un rôle de transfert d’eau du sol vers l’atmosphère 5 à 10 fois plus
    important que si le sol était nu
  • les racines des arbres retiennent les berges.

  Les boisements artificiels

Les plantations de résineux exotiques sont anecdotiques dans la plaine mais méritent
d’être soulignées. Plusieurs parcelles ont été plantés (à titre expérimental ?) en Pin parasol
Pinus pinea et en Cèdre de l’Atlas Cedrus atlantica dans la plaine de Mandiargue et au
sommet du pic d’Aguzan (cf. carte 4). Quelques essences étonnantes poussent également au
Sud-Ouest du pic de Ceyrac. Cela représente une surface d’environ quinze hectares. Au sein
de certaines de ces parcelles enrésinées, la flore semble très limitée, compte tenu de la forte
concentration d’arbres et de l’acidification du sol qui résulte de la constitution d’une litière
composée exclusivement d’aiguilles.

  Les garrigues

« Formation végétale secondaire (de chênes
verts mélangés à des buissons et à des plantes
herbacées) qui apparaît sur les sols calcaires après
destruction de la forêt, dans les régions
méditerranéennes »
Le Petit Larousse, ed. 2006.

JPEG - 14.1 ko
Garrigue ouverte au niveau des Camps

La plaine de Pompignan nous offre un paysage
très particulier constitué de trois types de garrigues : une garrigue ouverte, une garrigue en
cours de fermeture, et une garrigue forestière que nous considérerons comme la forêt
méditerranéenne présentée ci-avant (chênaies et pinèdes mélangées).
La garrigue ouverte est celle où le pâturage a été maintenu jusqu’à récemment. Elle se
distingue des pelouses par une présence diffuse d’arbres et arbustes occupant jusqu’à 50 % de
la surface considérée. Les principales essences sont le Genévrier cade, le Paliure épine du
Christ, le Buis et le Poirier à feuilles d’amandiers. La surface restante est composée de plantes
herbacées (pelouses) ou bien de zones rocailleuses décapées. Ce milieu naturel exceptionnel
(du fait de sa rareté et de son étendue) est le joyau de la plaine.

On y rencontre notamment des Pies-grièches à tête rousse Lanius senator, des
Fauvettes orphées Sylvia hortensis et des Bruants ortolans Emberiza hortulana, avec des
densités tout à fait remarquables. Ces trois espèces sont caractéristiques de ce type d’habitat,
mais beaucoup d’autres le fréquentent, comme l’Alouette lulu Lullula arborea, l’Hypolaïs
polyglotte Hippolais polyglotta et le Bruant proyer Miliaria calandra.

En analysant la cartographie des habitats, on se rend compte que la garrigue ouverte
occupe encore 2900 hectares soient 30 % de la plaine. Si l’on regroupe l’ensemble des
milieux ouverts (garrigue ouverte, terrains marneux décapés, affleurements calcaires et
falaises), on atteint alors 3425 hectares.

La garrigue enfrichée est celle où le pâturage a cessé depuis plus longtemps (au moins
dix ans avant). Les pelouses sont bien moins présentes mais Genêts scorpions, Buis, cistes,
pistachiers, Romarins et Chênes verts sont abondants ; étonnamment, le Chêne kermès est peu
présent dans la plaine. Ce matorral est un refuge privilégié pour les reptiles (17 espèces !) : il
leur permet d’être à l’abri de leur principal prédateur : le Circaète Jean-le-Blanc Circaetus
gallicus qui se nourrit exclusivement de serpents et lézards.

P.-S.

Cette page fait partie d’une série de 6 articles intitulés extraits du document "La plaine de Pompignan : inventaire naturaliste " :

Notes

[1Le sol : dans ce contexte, il ne s’agit pas du simple support sur lequel on marche. Le sol ou
terre arable est l’épaisseur superficielle formée par les débris végétaux (décomposés par les insectes
et d’autres petits invertébrés dans un premier temps puis par les bactéries) mélangés aux matières
minérales issues de l’érosion de la roche sous-jacente. C’est ce mélange qui forme les petites
agglomérations de terre. Le mélange des particules organiques et minérales est essentiellement
réalisé par les lombrics (vers de terre). Donc, quand nous dirons qu’un habitat n’a pas de sol c’est
que cette couche superficielle meuble n’existe pas et que la roche est quasiment ou totalement à nu.
Inversement, les zones cultivées où les agriculteurs font pousser du blé, ont un sol de 30 à 60 cm
d’épaisseur recouvrant la roche.

Proposer un commentaire sur cet article

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2017 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt