Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Prades le Lez > La confession d’Emile

La confession d’Emile

mercredi 25 novembre 2009 , par Mascarell Raymond, Perrey Luc , Commenter

Ils étaient tous là : Vincenté Lapounta, Paou la Carnaou, Tia Isabelle, Tio Tchimet, Tio toni, Diégo Pagan. Bref, toute une équipe savoureuse de joyeux lurons, dont certains réfugiés de la guerre d’Espagne, qui ont marqué mon enfance. S’était joint à eux, Emile mon père.

Tous les ans, le lundi de Pentecôte, ils se retrouvaient au pied du pic St Loup, ultime sommet triangulaire qui domine la plaine languedocienne. Grimper le pic, face Sud, pendant cette période est un rite qui se poursuit de génération en génération depuis la nuit des temps.

Du haut de ses 660 mètres, le regard séduit embrase toute l’immensité
Montpelliéraine plaquant son long cordon du littoral méditerranéen de
Palavas à la Grande-Motte. Bref ! Un rite que les autochtones dont moi-même plus tard, jeunes et moins jeunes, ne loupaient jamais pour rien au monde.

Ensuite si l’on n’avait pas trop insisté sur les testicules de mouton, boudins et autres ingrédients aux saveurs
plus ou moins piquantes accompagnés d’un bon rosé de Tréviers très frais, nos rieurs s’attaquaient à la montagne.

Peu de volontaires cette année là compte tenu que, le soleil aidant, la tâche
s’avère délicate. Ne reste dès lors pour accomplir l’ascension que mon père et Ahmed, son fidèle adversaire de parties de pétanque homériques suivies chaque soir par la population enthousiaste.

Les voila donc attaquant hardiment les premiers lacets durs et rocailleux
au milieu des chênes kermès. Il fait soif,
cruellement soif même mais ils avancent accompagnant leurs efforts d’éructions et autres senteurs pétantes plus ou moins odorantes. M’est avis que même les putois ne restent pas dans les parages.

Déjà à mi-pente ils suffoquent. Que faire ? Rebrousser chemin ou continuer jusqu’à la chapelle du sommet ? D’aucuns prétendent qu’à l’intérieur existe une source miraculeuse où l’on peut se désaltérer avec délice. Marchant, rampant, exultant à qui mieux, mieux, nos deux compères arrivent enfin à la chapelle.

Le pied, quoi ! D’autant qu’un glouglou à l’intérieur leur murmure ses doux sortilèges. Hélas, tout serait merveilleux si la porte n’était pas fermée à clef. Pas de problème décide mon géniteur. Je vais passer par le « finestrou » et le voila derechef grimpant le long du mur comme un lézard et inventant assurément bien avant l’heure un curieux style de varappe à l’ancienne.

Passer donc par l’œil de bœuf, sauter dans la grande salle et ouvrir la grande porte par l’intérieur ne serait pour lui qu’une simple formalité si par malchance il n’avait accroché au passage la statue de St Loup et cassé le bras au niveau de l’épaule. Soit ! On est un peu révolutionnaire dans la famille mais nous n’en sommes pas pour autant des vandales intégristes. Rien à voir avec les casseurs patentés !

Donc, les voila, penauds et meurtris, rabibochant du mieux qu’ils peuvent le membre meurtri mais le fil de fer ne court pas rues dans le coin. Tout est bien qui finit bien et ils vont pouvoir en raconter une bien bonne à leurs amis après la descente.

Oui, tout serait parfait si quelques temps après ils n’avaient lu dans la presse et entendu à la radio que des voyous avaient cassé le bras du brave St Loup et l’avait dirigé en direction de la Mecque. Etre considéré, bien avant les talibans, comme de curieux mollahs obscurantistes les avait peiné et honteusement mortifié.

Le remord peut-être mais quelques jours après, mon père passant devant l’église du village dit à ses collègues :

  • Faut que je me confesse !
  • Toi, Emile, mais tu ne crois en qu’en Joseph Staline, lui dit Allègre, le grand-père de l’ancien ministre Même pour les enterrement, tu ne rentres jamais dans une église. Incroyable !...
  • Si, si, il faut que je contacte le curé d’autant que nous plaisantons souvent ensemble.

Un curé d’ailleurs très déconcerté par ce revirement soudain mais il en a vu d’autres :

  • Que puis-je pour vous, Emile ?
  • Vous pouvez me confesser ?
  • Mais de quoi vous accusez-vous,Grand Dieu ? Si c’est le truc de St Loup, je connais les coupables et appris que c’était accidentel. Le seigneur vous a déjà pardonné.

  • Non, c’est surtout parce que je ne suis pas fidèle à mon épouse.
  • Vous êtes donc sujet au démon de midi mais, selon l’évangile, vous devez me dire avec qui vous avez fauté.

Alors là motus ! A chaque question du prêtre, notre pécheur refuse de dévoiler le nom de ses prétendues dulcinées.

  • Bon, je vais vous aider ! Est-ce avec Gabrielle la guérisseuse ? Motus.
  • Est-ce avec Mme Lacoustoune ?

Toujours motus

  • Est-ce avec Angèle la nièce de César Bonnet ? On dit que toutes ces dames ont des bontés pour les hommes. Il est évident que si vous ne m’aidez pas, je ne peux pas vous donner l’absolution.

Silence, re-silence, c’est ainsi que mon créateur quitte l’église de Prades le Lez sans être absout de ses soi-disant péchés.

  • Alors, il t’a confessé, lui demandent ses amis à la sortie.

  • Des figues pour la confesse mais il m’a refilé 3 bonnes adresses.

P.-S.

Je suis natif de Prades le Lez et réside désormais en Limousin près
de Limoges. En tant que responsable association d’un groupe de
randonneurs, j’ai effectué plusieurs fois avec mes amis l’ascension du
Pic St Loup qui demeure mon 1er sommet de découverte Alpes et Pyrénées.

J’ai écrit une petite histoire authentique mais aussi romancéeet et
pimentée de sourire. Elle m’a été racontée par certains anciens de
Prades le Lez et concerne l’escalade du Pic.

Pour faire plus connaissance : le site du Groupe évasion 87

Proposer un commentaire sur cet article

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2017 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt