Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Partout > Diagnostic du pays du Pic Saint Loup et de la Haute Vallée de l’Hérault (...)

Diagnostic du pays du Pic Saint Loup et de la Haute Vallée de l’Hérault (10/12)

lundi 25 septembre 2006 , par Perrey Luc , Commenter

  Interprétation technique du graphe

L’interprétation du graphe obtenu (document ci-contre) se fait à partir de l’analyse des trois éléments suivants :

  • 1° les résultats qui se dégagent de l’aspect général du nuage de points,
  • 2° le regroupement des points, autour de thèmes communs, constituant autant de « composantes fortes » avec la caractérisation de celles ci,
  • 3° la formulation de l’image diagnostic du territoire : ses résultats, sa problématique, les éléments de prospective.

L’organisation du graphe se lit de la façon suivante :

  • le quadrant en haut à gauche est celui des caractéristiques les plus motrices et les moins dépendantes ; c’est celui des moteurs, des déterminants qui influencent l’ensemble du système territorial,
  • le quadrant en haut à droite est celui des caractéristiques en position de relais : à la fois motrices et dépendantes. Elles représentent la structure, la charpente du système, et, en ce sens, en constituent les enjeux,
  • le quadrant en bas à droite est celui des caractéristiques influencées, dépendantes, celles qui correspondent aux résultats du système territorial,
  • le quadrant en bas à gauche est celui des caractéristiques peu ou pas motrices et peu ou pas dépendantes : elles font partie du système mais ont sur celui-ci peu ou pas d’influence, de même que les autres caractéristiques de ce dernier les influencent peu ou pas. Ce sont les caractéristiques les plus autonomes, voir marginales par rapport au système ; elles sont des enjeux en elles-même, mais peu par rapport à l’ensemble.

2.1- Aspect général du nuage de point et leur répartition dans le graphe

2.1.1- Le nuage de points

Le nuage de points est régulier, réparti dans le plan avec une concentration sous la barre des moyennes de motricité et une dispersion au-dessus de cette moyenne avec une faiblesse dans la case des relais.

Rassemblés au-dessous de la moyenne de motricité, les points par leur agrégation pèsent néanmoins sur les résultats.

La répartition en diagonale des moteurs en résultats traduit un système stable.

2.1.2- Le positionnement des points par statut dans l’espace

On note que les ressources sont majoritairement localisées au-dessous de la moyenne de la motricité. Les ressources sont donc globalement peu motrices sur l’ensemble du système.

Concernant les handicaps, ils se distribuent à peu près à moitié au-dessus et au-dessous de la motricité moyenne. Si on regarde leur positionnement par rapport à la dépendance moyenne (ligne rouge verticale), l’essentiel d’entre eux ont une dépendance inférieure à la moyenne.

Les caractéristiques comportementales issues de l’analyse de la stratégie des acteurs se positionnent majoritairement en dessous de la moyenne de motricité et ont une dépendance supérieure à la moyenne.

Les opportunités ont des motricités supérieures à la moyenne alors que les menaces se situent au-dessous de la motricité moyenne.

Premier constat :

  • Les caractéristiques motrices au sein du "système territoire" sont plutôt des opportunités et pour moitié des handicaps.
  • Les ressources sélectionnées par les acteurs durant la concertation se révèlent être d’une motricité inférieure à la moyenne.

2.1.1.3- La répartition du nuage de points par rapport au quatre quadrants du graphe

La majorité des handicaps est dans le quadrant des variables déterminantes. On y trouve également deux menaces ce qui fait que ce sont les déterminants négatifs qui sont majoritairement moteurs du système.

Le quadrant des relais est très diversifié et équilibré, mais pauvre en variables.

On trouve la grande majorité des ressources et plusieurs comportements d’acteurs dans le quadrant des résultats.

Enfin dans les variables peu motrices et peu dépendantes, beaucoup d’éléments sont négatifs. Il n’y a aucune ressource.

Deuxième constat :

  • Le système territorial du Pic Saint Loup est déterminé par des variables plutôt négatives.
  • Il comporte peu de variables relais structurantes.
  • Ses résultats sont globalement constitués de caractéristiques positives.

  2.2- Identification des composantes fortes de la structure du territoire

Dès lors qu’elles relèvent d’une problématique ou thématique communes, des caractéristiques voisines sur le graphe peuvent être regroupées en "paquets" thématiques. Ces regroupements ne tiennent pas compte du type dont relève chacune de ces caractéristiques. Nous appelons ces regroupements des "composantes fortes". On a ainsi pu regrouper les 55 caractéristiques en 13 composantes fortes.

Chacune de ces 13 composantes est présentée ci-après, avec d’abord les caractéristiques qu’elle regroupe, ensuite sa signification : définition, explication.

Pour bien appréhender le sens de chaque composante forte, il est indispensable de se référer à la définition de chacune des caractéristiques qui la composent (ceci est facilité par le numéro code qui accompagne chacune d’elles, que l’on retrouve dans la liste présentée précédemment).

JPEG - 149.7 ko
Graphe de représentation des différentes composantes

  2.2.1- Les composantes fortes du quadrant « motricité »

Les fondements du territoire

Ce sont les éléments qui le caractérisent : les déterminants du système.
Ils agissent fortement sur un grand nombre de ses composantes.

1° composante : l’influence ambivalente de Montpellier

  • Les caractéristiques : La proximité d’agglomérations (R18), Un déséquilibre du à l’agglomération (H37)
  • La signification : La présence de Montpellier et de la zone agglomérée est indissociable dans la représentation des acteurs de son double aspect positif et négatif :
    • d’une part, bassin de clientèle pour les entreprises, apport de populations d’origine urbaine avec un niveau et des demandes culturelles et sociales nouvelles et importantes, élément moteur de renouvellement et de développement ;
    • d’autre part, facteur de déséquilibre au détriment du pays dont l’agglomération capte les ressources et les activités.

Le pays vit sa proximité à l’agglomération comme une richesse et comme l’élément destructeur de son existence et de son identité.

2° composante : la faiblesse de la sphère publique

  • Les caractéristiques : L’absence de maîtrise publique d’aménagement de l’espace (H40), La faiblesse de la cohésion intercommunale (H34), Le déficit de coopération entre collectivités locales, associations et entreprises (H32), L’absence de poids local sur les infrastructures, les équipements, les projets et les décisions (M52)
  • La signification : La sphère publique ressort du système de représentation des acteurs comme étant à la fois déterminante et insuffisamment organisée dans les domaines de la concertation et de la gestion territoriale qu’on peut considérer comme liés si on se situe dans une perspective de développement durable.

Le handicap le plus moteur concerne la faible marge de manœuvre des communes sur l’aménagement du territoire : faiblesse des réserves foncières et des capacités financières qui se trouve aggravée par une intercommunalité naissante qui peine à construire une politique territoriale globale et à prendre en charge la gestion des espaces aussi bien urbains que ruraux. L’insuffisance de partenariat avec les socioprofessionnels et les associations, par manque d’échanges et de coopérations, renforce cette faiblesse territoriale à laquelle s’ajoute la menace du peu de poids local sur les décisions majeures qui concernent le pays en terme d’infrastructures, d’équipement et de projets structurants.

3° composante : le maillage du territoire et le captage des nouveaux flux : des opportunités très motrices dans la structure du pays

  • Les caractéristiques : Le captage des flux (O43), L’amélioration des liaisons routières avec Montpellier
  • La signification : Les acteurs ont positionné le maillage et les liens du territoire avec son environnement comme des opportunités fortement déterminantes (motricité la plus élevée).

Savoir tirer profit de la proximité des modes de transports internationaux (aéroport, gare TGV et autoroute est ouest et future autoroute nord sud) leur apparaît comme vital pour développer les ressources du territoire, et, améliorer les accès à ces centres de transport et les liaisons transversales en relation avec la zone urbaine (« le lien » a été souvent évoqué) comme indispensable, à leur avis, à un meilleur fonctionnement des activités et des hommes dans le pays.

Il s’agit d’opportunités qui, compte tenu de leur positionnement élevé dans le système territorial, auront un impact fort sur son fonctionnement si elles se concrétisaient.

4° composante : l’entreprenariat

  • Les caractéristiques : La ténacité (C10), Le savoir-faire reconnu (C5)
  • La signification : Deux caractéristiques comportementales restent regroupées à cheval entre variables motrices et variables peu influentes avec un niveau de motricité proche de la moyenne. D’une façon générale, elles traduisent les valeurs de l’entreprise dont, en particulier, les notions de constance et de régularité dans la qualité qui permettent de revendiquer de réels savoir et savoir-faire et de bénéficier d’une notoriété indispensable au maintien et au développement de l’entreprise. Elles sont présentes dans le pays mais pèsent d’un poids relatif.

  2.2.2- Les composantes fortes du quadrant « relais »

La faculté de réaction du territoire

Les éléments les plus sensibles qui se trouvent en position stratégique dans le système territorial : les enjeux.

1° composante : patrimoine, dynamisme, créativité

  • Les caractéristiques : Le patrimoine naturel et bâti (R11), Un environnement et une qualité de vie attractifs (R12), L’arrivée de nouvelles populations (R19), La dynamique associative (R21), L’initiative individuelle (C3), L’adaptation (C6), Les aides (C8), L’idée de parc naturel régional et les projets structurants autour du patrimoine (O45),
  • La signification : Ce sont les éléments positionnés comme structurants dans la charpente du système territorial. C’est autour du patrimoine naturel et bâti, de l’environnement et du cadre de vie de qualité que les acteurs se construisent une identité et une appartenance dans un processus d’appropriation et de valorisation qui est renforcé par les nouvelles populations, la dynamique associative et les capacités des individus à optimiser et à innover à partir de ces ressources majeures du territoire.

L’opportunité de projets structurants autour du patrimoine ne fait qu’ajouter aux dynamiques possibles dans ce domaine.

2° composante : obstacles à la valorisation du patrimoine

  • Les caractéristiques : La péri urbanisation rapide (H27), Le déficit d’offre touristique (H33), Un pays dortoir (M48)
  • La signification : Liés à cette sphère patrimoniale vécue comme un enjeu fondamental du territoire, et quasiment positionnés en son sein, des éléments négatifs sont présents et introduisent les facteurs de détérioration à l’œuvre : l’urbanisation rapide qui modifie la structure urbaine, économique et sociale du pays et qui le banalise, l’insuffisance de l’équipement touristique qui freine la valorisation du patrimoine, ces deux handicaps débouchant sur la menace d’une transformation du territoire en pays dortoir.

3° composante : les conflits d’usage et de stratégie en matière d’environnement

  • Les caractéristiques : Le manque de convergence dans l’approche et la gestion environnementales (H41)
  • La signification : Il s’agit d’une composante centrale dans les éléments relais qui joue, selon les acteurs, un rôle essentiel dans les projets et les stratégies en matière d’environnement. Relevant, selon les acteurs, d’incompréhensions culturelles entre anciennes et nouvelles populations, entre « ruraux » et « urbains » en matière de cadre de vie et de gestion environnementale, il traduit la difficulté à élaborer des politiques globales et consensuelles dans un domaine particulièrement sensible et porteur du pays.

4° composante : le projet de Pays

  • Les caractéristiques : Le projet de Pays (O42)
  • La signification : Il apparaît que le message des participants au long de cette démarche est que ce territoire a une épaisseur, des moments d’histoire partagés, un espace et des paysages forgés par le climat, les hommes et leurs activités dans lequel une communauté qui vit une croissance démographique et une évolution sociale et économique rapides, cherche à construire une identité certes composite et des valeurs communes.

Les participants placent la démarche de Pays dans laquelle ils voient une façon d’apprendre à travailler autrement, à définir des objectifs communs et élaborer des projets partenariaux comme une opportunité à très forte motricité dans la charpente territoriale.

5° composante : le potentiel touristique

  • Les caractéristiques : Le potentiel touristique (R16)
  • La signification : Cette ressource ressort à cheval en relais et en résultat . Le territoire bénéficie d’un capital important en attractivité et en image. Oblitérée par une insuffisance d’équipements et de structures d’accueil, cette ressource s’exprime comme un potentiel en devenir, lié, selon les acteurs, aux évolutions des autres composantes de la charpente territoriale.

  2.2.3- Les composantes fortes du quadrant « dépendance - résultat »

La production du territoire

Les résultats actuels générés par le fonctionnement du territoire

1° composante : Les démarches de qualité

  • Les caractéristiques : Réseaux (C1), Qualité des produits (C2), La viticulture (R13), L’effort de valorisation par la qualité (R17), Les groupements professionnels (R25), L’évolution quantitative et qualitative de la demande de loisirs (O47)
  • La signification : Les éléments structurants autour du patrimoine induisent comme résultat du territoire en positif l’effort de valorisation par la qualité, la viticulture d’où sont parties les premières démarches de labellisation. Celles-ci sont consolidées par les groupements professionnels (syndicats, associations, pole d’entreprises) et portées par des comportements d’acteurs qui travaillent en réseaux sur la qualité de leurs productions. Il s’agit là essentiellement de ressources et de comportements d’acteurs. L’opportunité représentée par l’évolution de la demande européenne pour un tourisme et des loisirs de qualité venant légitimer les efforts entrepris dans le domaine touristique.

2° composante : Les freins au développement

  • Les caractéristiques : Le tissu économique faible (H26), La pression foncière (H30), L’insuffisance et le retard des équipements et services (H35), Les flux touristiques et de loisirs (M51), Les dégradations et le pillage du patrimoine (M54)
  • La signification : Les éléments précédemment décrits induisent également des résultats en négatif internes au territoire : c’est la faiblesse générale du tissu économique composé de très petites entreprises dispersées dans le pays, l’insuffisance et le retard des équipements et des services qui pénalisent aussi bien les habitants que les entreprises, et, la rareté du foncier, y compris public, ajoutée à sa cherté qui limitent les capacités de développement et d’accueil dans le territoire et fragilisent l’agriculture. Les menaces de la sur fréquentation et du pillage du patrimoine sont des éléments en devenir qui, s’ils se concrétisaient, seraient un facteur aggravant de dévalorisation du territoire, de son potentiel touristique, et de nouveaux freins à son développement.

3° composante : L’économie résidentielle diversifiée, facteur de richesse et d’attachement

  • Les caractéristiques : La diversification (C4), Les formations (C9), Des savoir et des savoir-faire (R14), La diversité de l’artisanat et des TPE (R15) L’attachement au territoire (R23), Le développement de l’habitat (R20), Le secteur sanitaire et social (R22), L’importance de la commande publique (R24)
  • La signification : Le territoire, d’après la représentation des acteurs, produit un certain nombre de résultats positifs issus des ressources patrimoniales, de la proximité de Montpellier et de la croissance démographique. Il s’agit des savoir et des savoir-faire, à la fois mémoire vivante, facteur d’attachement au territoire et dynamique de développement, d’autre part des activités de BTP autour de la construction et la réhabilitation de l’habitat, des activités de services et un secteur sanitaire et social important en emplois et chiffre d’affaires, l’ensemble reposant essentiellement sur un artisanat et des TPE diversifiés et bénéficiant d’une commande publique significative.

  2.2.4- Les composantes fortes du quadrant des variables peu ou pas agissantes avec le reste du système

Les éléments peu influents

Tout se passe comme si, tout en prenant acte de ces éléments majoritairement des handicaps et des menaces, en souhaitant les voir se réduire, les acteurs les marginalisaient en les contournant (en faisant avec) afin de pouvoir se consacrer à l’essentiel.

1° composante : des inquiétudes récurrentes qui pèsent peu actuellement sur le fonctionnement du territoire

  • Les caractéristiques : L’entreprise familiale (C7), Un manque d’unité territoriale (H28), La difficulté d’intégration du solde migratoire (H29), La main d’œuvre peu qualifiée (H31), La fragilité de l’activité agricole et ses incidences (H36), Le manque de logements locatifs (H38), Le réseau routier inadapté et dangereux (H39), Le papi boom (O46), La pression foncière extérieure (M49), Le départ des services publics (M50), La raréfaction de la ressource en eau (M53), La montée de l’incivilité (M55),
  • La signification : Pendant les travaux des groupes de concertation, les participants ont mis l’accent sur un certain nombre de facteurs et de problématiques qui touchent le fonctionnement du territoire et sont considérés comme autant de faiblesses et en particulier de risques de déstabilisation ou de détérioration qui pèsent sur la qualité de la vie (croissance rapide, ségrégation sociale, carence en logement et en services), sur l’activité traditionnelle (l’agriculture) et sur l’environnement (l’eau, le patrimoine naturel et bâti).

Est également déconnectée du fonctionnement du territoire l’opportunité représentée par le papi boom et l’économie qui y est attachée tout comme la variable comportementale sur l’entreprise familiale et les valeurs liées à la transmission.

Dans la représentation collective construite, ces facteurs qui sont majoritairement des insatisfactions récurrentes se révèlent ne pas avoir d’effets sur la structure du système. Cela signifie que, pour importants qu’ils soient et pour importante que soit leur résolution et leur prise en compte, ils n’altèrent pas le système actuel.

P.-S.

Cette page fait partie d’une série de 12 articles intitulés "Diagnostic du pays du Pic Saint Loup et de la Haute Vallée de l’Hérault" :

Proposer un commentaire sur cet article

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2017 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt