Accueil LOUPIC : le Pic Saint Loup et villages alentour

Accueil > Pic Saint Loup > Causse de l’Hortus : sortie-visite terrain

Causse de l’Hortus : sortie-visite terrain

jeudi 7 octobre 2010 , par De Labrusse Olivier , Commenter

Causse de l’Hortus : domaine du Mas Neuf er rocher du Causse.

Sortie-visite terrain Dimanche 17 octobre 2010, après midi (14h-18h)

Causse de l'Hortus : sortie-visite terrain {PNG}

 Où est ce ?

À une vingtaine de kilomètres au nord de Jacou,
sur la commune de Claret, mais, en fait , surplombant le village de Lauret, sur la carte à gauche,
au lieu indiqué « village préhistorique, table d’orientation, altitude 408 mètres »

Nous nous arrêterons au parking ( lettre bleue P), suivrons le sentier (en rouge) passant par le mas Neuf jusqu’au rocher du Causse.( 2 kilomètres, sans difficultés)

 Que ferons nous ? Que verrons nous ?

Au travers de cette ballade dans des chemins de garrigue , nous lirons les paysages en « remontant dans l’Histoire » de ce territoire, des usages que l’Homme en a fait, de nos jours à la préhistoire (proto-histoire)...

La garrigue d’aujourd’hui c’est l’abandon d’un mode de vie millénaire où le paysage était organisé en zones pâturées (« saltus »), cultivées (« ager »), boisées (« silva »), dont nous observerons les traces et les vestiges encore visibles, tant dans la végétation, que dans le bâti.

Nous retrouvons l’apogée de l’élevage ovin (fin 19e-début 20e siècles) dans « l’engraisso-motons » (le brachypode -rameux), le parc de triage des moutons entre le saltus et l’’ager, avec ses murets de pierre et ses chênes-tétards, la « lavogne ».

Nous étudierons l’architecture des 2 mas Neuf ( car il y a 2 mas d’époques différentes), avec les accroissements lisibles des bâtiments,
et le paysage avoisinant aménagé en terrasses, en parcelles emmurées et « bocagées », parfois complantées de muriers témoignant de la « grande époque » des vers à soie.

Puis nous monterons dans la forêt (« silva ») composée essentiellement de « cépées » de chênes-verts, témoignant de l’ancienne activité des « boscatiers » et « charbonniers ».

Nous rentrerons alors dans « l’oppidum » (enceinte fortifiée), aussi vaste (environ 50 hectares) qu’intrigant (il n’était pas habité). Nous sommes alors vers -500 avant J.C, mais déjà en relations avec les grecs de Massilia, ou Lattes, ou Agde...voire les étrusques

Au sommet nous serons dans le « village » néolithique ( -2800 à -2200 avant J.C) : en fait plutôt un habitat temporaire de bergers, dont les fouilles en ont fait une référence pour la compréhension de la néolithisation des garrigues, le défrichement de la forêt « primitive » de chênes blancs, les mises en pâturage et en culture,...

A partir du belvédère et de la table d’orientation, dominant les bassins de Lauret et de Claret, l’ analyse de paysage nous montrera comment l’on passe de cette ancienne « Histoire et Géographie » 
au pésent, avec une nouvelle Histoire et une nouvelle organisation des territoires.

P.-S.

Version complète de cet article , avec photos d’accompagnement, sur le site de l’association « Jacou, Histoire et Patrimoine » : jacou-histoire-patrimoine.net

Proposer un commentaire sur cet article

RSS de Loupic News-Letter Page Facebook de Loupic Twittez Loupic

Vite dit vite su

Nous suivre

Au hasard

Articles récents

Dépêches récentes

Commentaires récents

©LOUPIC 2003-2017 | Participer | La Charte | Association PICLOUP | Loupic | CNIL n°1146276 | Contact | | Plan du site | Graphisme N.Héricourt